Mon nom est légion

 

Couverture de Mon Nom est Légion par Richard Mesplède

Titre : Mon nom est légion

Auteur: Richard Mesplède

Editeur: Autoédition

ISBN : no

Pages : 23

Type: Science-fiction

Genre: Steampunk

Date de publication française : 21 juin 2017

Commercialisation: disponible

Prix : 1.49 euros

Résumé : Le 30 avril 1863, à Camerone, une soixantaine de légionnaires français se défendirent héroïquement contre deux mille mexicains. Les historiens affirment que seul son courage permit à la 3ème Compagnie du Régiment Etranger de tenir tête à l'ennemi. La vérité, telle que la vécut le légionnaire Jean Bec-Fort, est sensiblement différente.

Avis : Tout d'abord je remercie l'auteur pour m'avoir une nouvelle fois renouveler sa confiance.

On est rarement déçu avec un livre de Richard Mesplède. L’univers qu’il nous offre est riche en rebondissement malgré le peu de pages. Les fins, comme avec un thriller, sont souvent surprenante et peu attendu. La seule exception qui confirme la règle est Desesperado qui, pour le coup, était tellement surprenante que ça a gâché la lecture. Ici, l’auteur part d’un fait réel à savoir la bataille de Camerone. Cette bataille est un concentré de courage qui est encore aujourd’hui célébré dans la légion étrangère. L’auteur nous offre une version revisité sous couvert du fantastique. Qui est Georges ? Pourquoi apparaît-il sur ce champ de bataille ? Réponse qui prend tout son sens avec ce superbe titre. L’écriture de Richard Mesplède nous porte très rapidement au cœur de cette bataille. On se sent avec eux, on combat avec eux. En quelque page on fait partie de la légion étrangère. Mais ce qui fait que ce n’est pas un coup de cœur c’est justement sa thématique. Cela dénote un peu avec les autres nouvelles où l’invention était totale. Ici nous partons d’un fait réel. C’est très appréciable mais cela change le rythme. Mais à lire et à découvrir.

Extrait Ce café est certainement dégueulasse, se dit-il, mais c'est le meilleur que j'ai jamais bu. Peut-être parce que c'est le dernier. Peut-être, justement, parce qu'il n'en pouvait rien savoir.

Du même auteur :  Assassin, Brelan d'os, Desesperado, Horizona dream, Le dernier vol du Cheyenne, 

Dans le même genre : ?

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×