C2H402 (nouvelles grinçantes et petites méchancetés)

Couverture C2H4O2

Titre : C2H402 (nouvelles grinçantes et petites méchancetés)

Auteur: Condie Raïs

Editeur: Auto édition

ISBN : n

Pages : 208

Type: Nouvelles

Genre: Horreur

Date de publication française : 2012

Commercialisation: disponible

Prix : gratuit

Résumé : Une sociopathe qui tue tous ceux qu’elle touche, un frappadingue qui veut réussir dans le roman sentimental, une stagiaire subissant un harcèlement d’un nouveau genre, une dingue qui pense que John Wayne est toujours vivant, une petite fille inquiétante. Quoi d'autre ? Un gigolo qui picole comme un trou, une femme humiliée, des philosophes néo-kantiens qui s’étripent et un anthropologue trop naïf… Tels sont les personnages de ces dix nouvelles peintes à l'humour noir et dans lesquelles on oublie trop souvent que boire et fumer nuisent dangereusement à la santé.
 

Avis : Comme pour tout recueil de nouvelles je vais aborder les nouvelles une par une.

- Maneater : Nous suivons les aventures d'une jeune fille qui a un léger problème : les personnes qui ont le malheur de la toucher meurt. C'est difficile à vivre. J'ai beaucoup aimé cette nouvelle. Elle donne le ton du livre à la fois horrible et drôle. En quelques pages l'auteure nous fait partager les sentiments de cette jeune femme. On ne sait pas si on doit la plaindre ou la livrer à la police. Une très bonne nouvelle qui donne envie de lire la suite. 
- Pars vite mais ne reviens pas trop tard…: Que faire quand on est un auteur de polar mais que, d'un coup, on veut écrire des romans érotiques? Réponse hilarante dans cette nouvelle. Les premières pages correspondent à ses tentatives et je me suis totalement marré. C'est rare que j'éclate de rire devant un livre mais là je ne pouvais pas m'en empêcher. Si au début ça fait bizarre de voir que l'auteure s'est inscrite dans son roman c'est rigolo par la suite. Une excellente nouvelle à découvrir sans tarder. Rien que pour celle là cela vaut le coup de lire le livre. Un vrai plaisir. 
- Harcèlement : Nous sommes ici dans la suite de la nouvelle précédente. Que faire quand on est amoureuse de ce qu'on appelle "la grande littérature" et que votre boss est fan de Marc Mussaut? On le harcèle avec des livres bien sur! Une véritable guerre à coup de nom d'auteur modifié. Un jeu de s'amuser à les reconnaitre. J'aime beaucoup la fin. 
- Éloge de John Wayne : Un petit texte qui, comme son nom l'indique, est une éloge à John Wayne. Une des nouvelles que j'ai le moins apprécié. Elle dénote des autres.
- La petite fille qui n’aimait pas Noël : La première nouvelle un peu tragique de ce recueil. Une petite fille voit ses parents tristes devant ses yeux. Il ne lui parle plus et ne se parlent plus. La fin est très belle bien qu'attendu. Une nouvelle qui dénote vraiment par son caractère triste et son sujet.
- Décadences : Un homme sans le sou accepte un poste de gigolo et de faire valoir pour 4000 euros par mois. Son job : coucher avec la maitresse de maison et servir de faire valoir à son mari pendant les orgies qu'ils organisent. Mais il doit aussi faire la morale à leur fille de 14 ans sur la sexualité. Bref une nouvelle où l'auteure revient à ses premiers délires. Ici on ne sait pas comment se positionner tellement il y a des éléments différents. La fin n'est pas du tout comme je l'imaginais et c'est très bien. Je l'ai beaucoup aimé. 

- Prospérine la louve : Nous passons à un sujet plus tragique qui est la seconde guerre mondiale où une femme est trainé dans la boue car elle a couché avec un allemand pendant la guerre. Elle part à la ville mais revient pour se venger de ceux qui l'ont meurtries. Une tragédie qui se dessine sous nos yeux sur un sujet assez grave qui a touché plusieurs femmes au sortir de la guerre. 
- Métaphysique des mails : Quand deux professeurs de philosophie ne sont pas d'accord, le langage n'est plus aussi envolé que dans leurs livres. Une petite nouvelle qui remplit son rôle, à savoir nous divertir. Pas la meilleure mais sympathique quand même. 
- Unga Bunga ! : Nous suivons les aventures d'un anthropologue qui a bien trop confiance dans le peuple qu'il a découvert. C'est triste de voir à quel point il ne voit pas qu'on se sert de lui. Une nouvelle qui dénote un peu dans l'écriture. On ne peut pas rigoler devant sa naiveté. 
- Feline (Maneater 2)​ : Suite et fin des aventures de notre tueuse préféré. Ce que j'ai beaucoup apprécié dans cette nouvelle c'est qu'elle fait le lien avec les autres. On voit un fil conducteur et cela me plait beaucoup. En gros ne passez aucune nouvelle vous pourriez le regretter. 

Le petit plus : Le titre est la formule chimique de l'acide acétique ce qui donne parfaitement le ton de l'histoire. 

Extrait : Ça lui apprendra surtout à ne pas faire mourir mon héroïne favorite. Moi aussi je peux en fabriquer des destins tragiques

Récompense : n

Du même auteur : L'ombre d'un écrivain, Le précepteur, Chronique de la Mer de la Tranquilité

Dans le même genre

Date de dernière mise à jour : 13/08/2017

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×